Auteur Sujet: Campagne : Petits putsch en famille  (Lu 151 fois)

Hors ligne AnyanKat

  • Acolyte
  • *
  • Messages: 31
  • L'ouverture d'esprit n'est pas une fêlure du crâne
    • Voir le profil
Campagne : Petits putsch en famille
« le: 31 octobre 2018 à 21:02:56 »
Bonjour à tous !

Je viens vous présenter une campagne que je fais jouer en ce moment. On s'éloigne pas mal des synopsis de base d'opposition Organisation / Graff, même si on retrouve de loin l'influence de cette dernière. Il s'agit vraiment d'une évolution de l'univers que j'ai fait jouer à mes joueurs, qui avaient tous pour point commun d'être en relation avec la couronne de France, de près ou de loin.
Je suis partie de la petite ouverture laissée à propos du fils caché de Michel Ier, pour la construire. Elle comprendra des manipulations, un club de nobles bien peu vertueux, un coup d'Etat, et des secrets sombres dévoilés de chaque côté.

Ca a vraiment pour but de faire une campagne longue qui fait évoluer pas mal de choses, mais je me suis bien amusée à la faire jouer.
Je tâcherai de rester généraliste, au cas ou quelqu'un d'autre veuille s'en inspirer, mais il est essentiel que les personnages aient un rapport avec la couronne ou envie de se mêler des affaires du royaume.

!! AVIS A MES JOUEURS : ne lisez pas ce qui est écrit en rouge, ce sont des informations que vous n'avez pas encore obtenues !

Attention, c'est plutôt long !

Arc 1 : Les prémices.

Le premier épisode se déroule dans une soirée mondaine, chez le duc d'Angoulême. Si les personnages joueurs sont issus de la noblesse ou de la haute bourgeoisie, ils pourront avoir eu leur carton d'invitation. Les autres pourront agir engagés par une quelconque organisation ayant des intérêts dans le renseignement, via informateur ou un mental ayant eu une prédiction.

L'ambiance est chaleureuse. On discute affaires, sport, tendances et autres mondanité. On retrouve des têtes hautes de la noblesse, dont entre autre la duchesse de Lorraine, le Comte de Montélimar, et, crème de la crème, l'une des filles du roi, la princesse Anne-Emilie, bien évidemment accompagnée d'une garde conséquente.

Si une détection de mentaux est faite durant la soirée, elle révèlera qu'il y en a deux dans l'assemblée. Si assez de réussites pour les distinguer précisément parmi les nombreuses personnes, on apprendra qu'il s'agit d'un homme présenté comme avocat d'affaire talentueux, ainsi que de la princesse elle-même.
Dans mes joueurs, tous les présents la connaissaient déjà, comme une jeune femme ambitieuse, et a la tête d'un petit rassemblement de Mentaux agissant pour son compte (en lien direct avec le Cerveau, bien sûr) à travers la France, sur diverses affaires concernant la couronne.
Si les joueurs n'ont aucun lien avec elle, alors ils ont plutôt intérêt à se faire discrets : si un Mental était vu à la dévisager avec trop d'insistance, ce sera elle qui risquerait de le repérer (Jet à faire pour elle, avec une volonté de 6). Dans le cas ou cela arriverait, la personne a déjà tout intérêt à être fichée, et aura droit à une petite explication et intimidations avec quelques uns de ses gardes privilégiés pour lui expliquer "gentiment" qu'il a tout intérêt à garder le secret. A partir de là, il y a fort à parier que le Mental en question sera fortement enclin à travailler pour elle, afin de s'assurer qu'il ne vende pas la mèche.

Si certains sympathisent avec le duc d'Angoulême, la duchesse de Lorraine ou le Comte de Montélimar, viendra le moment de la soirée ou la personne sera quelque peu prise à part. Là, elle apprendra l'existence d'un club regroupant des personnes "de bonne fréquentation et de bonne influence" : le club 33. Une sorte d'élite, dont faire partie veut dire avoir accès à plus de pouvoir, d'information, et de possibilités. Des échanges de soirée de bonne compagnie et de services, en somme. Si le courant est vraiment bien passé, le joueur pourrait même être invité à le rejoindre.
Ce club sera l'antagoniste principal de la campagne (a moins que les joueurs ne jouent de l'autre côté : pour le coup d'Etat à venir). Il peut être intéressant d'y avoir un joueur infiltré.

A un moment de la soirée, cependant, se passera un incident : la princesse sera prise d'un malaise. Plus alarmant : son goûteur également. A partir de ce moment là, les portes seront closes, et les présences de chaque personne vérifiée à la lettre par ses gardes, ainsi que les affaires fouillées. Si certains sont là illégalement ou bien ont du matériel qu'ils ne devraient pas... Ils feraient mieux de filer en douce.

Evidemment, une fois de plus, si les personnages sont d'ores et déjà liés à la princesse Anne-Emilie, ils ne risquent pas grand chose, si ce n'est de se faire houspiller par les gardes (qui eux, ne sont pas forcement au courant de qui fait partie de son petit cercle d'informateurs).

Alors que tout le monde est fouillé et questionné, un médecin est appelé en urgence, dans une pièce à part, impénétrable à quiconque d'autre que la garde rapprochée de la tête royale. Il restera une heure environ, avant de repartir, en livrant ses conclusions : rien de grave, un excès de fatigue simplement.
En réalité, sa nourriture aura été droguée, incluant des somnifères. Le médecin étant lui-même au service du club 33, cette intervention n'était destinée qu'à pouvoir récupérer l'ADN de la princesse.

Si les joueurs ont profité du début de soirée, ou de sa fin plus chaotique, pour fouiller dans les affaires du duc d'Angoulême (Si joueurs liés à la princesse, c'est l'objectif qu'elle leur aura confié), ils pourront avec un jet de fouille réussi être tombé sur :
- Des échanges de lettres codées. S'ils parviennent à les décoder, ils réaliseront que certains membres de la famille royale sont cités (avec un nom de code donc). Ils apprendront alors qu'apparemment, la femme du dauphin, prochain héritier de la couronne, serait enceinte depuis peu, et que cette infomation les oblige à "agir plus vite que prévu".
- D'autres documents montreront des dépenses massives (alors que dans le même temps, les impots ont augmenté dans la région) destinées à une société produisant des drones et robots.
- D'autres lettres évoquent rapidement l'opinion d'un certain C. sur la création des sans-ventre, et indique qu'il serait tout disposé à négocier la question une fois à sa place. Seules des initiales viendront donner le destinataire de cet échange (il s'agit d'une personne importante des Manufactures Graff, mais les simples initiales ne permettront pas aux personnages de le deviner)

D'une manière ou d'une autre, tous les personnages finiront par sortir de là. Ils auront alors un certain temps devant eux avant que la partie suivante ne se mette en route. Durant ce laps de temps, deux événements majeurs se produiront :

- Il sera effectivement annoncé publiquement que la Dauphine est enceinte (après 3 mois de grossesse révolus, donc environ trois semaines après les évènements)
- Le roi Hugues II tombera gravement malade.

A partir de là, ce sera le Dauphin qui prendra plus ou moins officieusement le rôle de son père, incapable de gouverner dans son état. Et avec ça, le début des ennuis qui commence...


La suite bientôt !
« Modifié: 02 novembre 2018 à 19:18:54 par AnyanKat »

Hors ligne Khufu

  • Auteur
  • Héros
  • *****
  • Messages: 156
    • Voir le profil
    • Terre2
Re : Campagne : Petits putsch en famille
« Réponse #1 le: 02 novembre 2018 à 17:38:02 »
Super !

Je vais prendre le temps de lire celà ...

Hors ligne AnyanKat

  • Acolyte
  • *
  • Messages: 31
  • L'ouverture d'esprit n'est pas une fêlure du crâne
    • Voir le profil
Re : Campagne : Petits putsch en famille
« Réponse #2 le: 02 novembre 2018 à 19:01:58 »
 ;)
J'espère qu'elle vous plaira !
Et allez savoir, que quelques éléments ou personnages deviendront officiels ? Hé, on peut toujours rêver non ?

Acte 2 : Le début des ennuis.

A partir de là, je ne peux que décrire une campagne qui se passera dans un parti pris contre le coup d'Etat qui s'annonce, et en faveur du Dauphin. Il est nécessaire qu'entre temps, tous les personnages aient un intérêt solide à prendre parti dans les affaires royales, car ils pourront y perdre gros !

Voila maintenant trois mois que la soirée chez le duc a eu lieu. Des investigations supplémentaires réussies sur ce fameux club 33 pourraient bien faire froid dans le dos : soirées pouvant s'accompagner d'orgies, de pédophilie, de meurtres par plaisir. Manipulation d'opinion, complots. Des juges achetés, des médias influencés, des réseaux d'information entiers détournés.
Bref, si quelques uns auraient pu se laisser tenter par l'idée de rejoindre ce club, s'ils ont une once de moralité, ils risquent vite d'avoir des frissons. Mais ces gens là, influents et de pouvoir, savent prendre des précautions. Impossible ou presque d'avoir une preuve solide de leurs actes. Les rendez vous sont secrets, les témoins qui pourraient leur poser problème éliminés dans la plus grande discrétion, en en profitant souvent pour faire accuser des institutions qui pourraient se révéler problématiques à leurs yeux. Si un joueur tente d'infiltrer le club de l'intérieur, il se retrouvera face à un système en toile d'araignée, ou chaque branche ne communique qu'avec celui qui lui est directement supérieur. Monter dans la hiérarchie n'est pas simple, et les nouveaux venus sont souvent exploités avec promesses de monts et merveilles. Pour espérer avoir quoi que ce soit, chaque membre doit d'abord accepter de participer à des actes illégaux ou dégradants (escroquerie, orgies, torture...) le club gardant bien évidemment en réserve des preuves accablantes contre lui. Plus il souhaite avoir accès à des informations dites sensibles, plus il doit accepter de se mouiller...
Résultat, très difficile de tirer les vers du nez de qui que ce soit, même parmi les membres identifiés comme mineurs, qui sont souvent poussés par l'appat d'un gain plus tardif, et par la crainte de voir les preuves révélées.


Ceci pour une raison très simple : le club est en réalité extrêmement élitiste, et ne comporte qu'une trentaine de membres réellement important et ayant la confiance des autres. Il ouvre ses portes un peu plus facilement ces temps-ci, dans le seul et unique but d'avoir une rentrée d'argent et de compétences importantes à exploiter pour leur projet, en échange de vaines promesses.

En parallèle, ces dernières semaines ont été marquées par une méfiance de plus en plus croissante du peuple vis à vis du Dauphin, qui dirige le pays officieusement, alors que l'état du roi, lui, se dégrade peu à peu. En effet, depuis son ascension au pouvoir, des meurtres et disparitions ont commencé à éclore à travers le pays.
Politiques contestataires, artistes engagés, lanceurs d'alerte... Si les premières disparitions sont passées inaperçues, peu à peu, les rumeurs s'installent : tous ceux qui manifestent une opposition ou une gêne envers la couronne sont frappés par la faucheuse. Plus grave encore : ceux qui tentent d'investiguer sur ces meurtres, et voudraient alarmer sur une potentielle implication de la couronne, eux aussi, disparaissent sans laisser de trace.
L'opinion gronde. Le nom du dauphin est décrié. Mais pas trop haut. Il ne faudrait pas finir comme ces malheureux qui ont osé parler...

Du côté de nos héros, ils n'auront à priori pas grand intérêt à enquêter sur ce sujet. S'ils ont des liens avec la couronne, nul doute qu'ils les penseront innocents et victimes d'une malversation. Mieux vaut chercher des preuves de ce complot... A moins qu'il ne s'agisse d'un personnage qui, au contraire, ne commence à trop s'y intéresser ouvertement. Il n'est pas impossible que d'autres héros cherche alors à lui tomber dessus avant un potentiel assassin, pour l'embarquer avec eux dans leurs histoires.

Trop peu de temps, hélas, pour résoudre ce mystère ! Car bien trop vite, le roi est définitivement décidé inapte à diriger, et forcé d'abdiquer le trône en faveur de son héritier.
Voire même, pour ceux qui n'ont pas peur de faire dans le drame, le roi peut succomber de sa maladie.
Organisation est donc faite pour le couronnement du Dauphin à venir dans les jours qui suivent. Une certaine effervescence s'empare du pays, bien teintée de sombre par l'opinion publique.

Si un mental avec flash est suffisamment proche de la princesse, il pourra prévoir une agression sur elle qui se déroulera la veille du couronnement, au niveau d'une rue de Paris ou l'on retrouve tous les plus grands couturiers et les boutiques de luxe. S'il se déplace assez rapidement sur la scène, il pourra éventuellement l'apercevoir entourée de sa garde qui bloque l'accès à la rue. Un bon jet en éloquence permettra d'apprendre qu'elle a visiblement eu un malaise, et est raccompagnée chez elle.
Impossible d'approcher facilement, à moins de contourner la garde. Si approche il y a malgré tout, la princesse sera effectivement vue, l'air sonnée, en train de se faire ramener à sa calèche.
Si un mental a réussi à approcher, et cherche à détecter ses semblables dans les alentours, il en détectera aucun dans les parages. Normal : la princesse qui se trouve ici est en réalité un clone, une sans-ventre de luxe créé dans le plus grand secret dans un laboratoire de recherche ultra financé, dont le développement a été accéléré pour être créé rapidement conforme à l'original. En tout, trois exemplaires auront été faits. Nous reviendront à leur utilité à chacune plus tard.


Car c'est juste avant ce fameux couronnement qu'aura lieu l'Evenement perturbateur au centre de la campagne. Une armée, d'hommes et de mécas de combat (vous vous souvenez des fortes dépenses faites par le duc d'Angoulême, que les joueurs auront peut-être découvert ?), s'empare de Versailles. Toute la famille royale est retenue en otage. Les gardes sont massacrés par dizaines. Un véritable carnage se joue là, dont les personnages entendront parler... Probablement à la télévision.
Evitez de les faire démarrer directement dans Versailles. La scène est extrêmement mortelle, et ils n'ont aucune chance de parvenir à renverser la situation. Et puis, ce n'est pas le but...

Télévision donc, qui leur permettra d'apercevoir en fond, ce cher duc d'Angoulême. Mais surtout, au premier plan... L'avocat d'affaire qui se trouvait à la soirée. Ou le prétendu avocat, plutôt. Celui-ci se présentera à tous comme l'héritier légitime du trône, fils caché de Michel Ier, le frère ainé du roi qui vient d'abdiquer/décéder. Son héritage lui a été volé par son oncle, à cause de malversations, et il est ici pour le reprendre !
Si vos joueurs se demandent pourquoi il a attendu tant de temps, il sera possible, s'ils ont les connaissances en droit nécessaire, de comprendre que le côté armé n'est là que pour se faire entendre. C'est officiellement, par la constitution, qu'il souhaite être reconnu comme roi. Et comme un roi couronné a le droit divin pour lui, impossible de le contester tant qu'il était en place. L'attente avant le couronnement était l'occasion...

A partir de là, j'ai laissé une très grande liberté d'action a mes joueurs. A eux de renverser la situation comme ils le décidaient ! Cette campagne peut se jouer sur le plan politique, sur le combat, l'infiltration, la manipulation... Une multitude de possibilités sont faites. Comme mes joueurs étaient tous liés à la princesse Anne-Emilie, ils ont choisi une voie d'action particulière, mais qui pourrait être différente d'un groupe à l'autre.

A la télévision, des preuves que la famille royale est en pleine forme et simplement retenue en otage seront régulièrement montrées. La princesse Anne-Emilie semble faire plus d'apparitions à l'antenne que les autres, et haranguer le peuple avec des discours pronant le respect de la Vérité, lorsque celle-ci éclatera (à noter : la princesse est une figure médiatique "people", une sorte de "starlette", se plaisant à donner interviews sur interviews et à manipuler les médias en faisant parler d'elle. Ce côté là n'est qu'une facette volontaire de sa personnalité, destinée à garder un controle sur ce dont la masse populaire se soucie ou non. Elle contibuait jusque là fortement à ralentir le questionnement populaire sur les agissements de son frère ainé.)

Durant ces apparitions, un élément pourra être remarqué :

- Lorsqu'elle parle aux médias, la princesse porte une oreillette camouflée (jet de perception, difficulté 3)

A partir de cette annonce, les personnages auront environ 72h à passer, ou ils pourront se réunir, réfléchir, discuter, se préparer, avant qu'un autre évènement n'intervienne. Commencer à faire des plans sur la sellette, en somme. Cet épisode sera plus narratif qu'actif, mais il y a des possibilités d'action malgré tout : groupuscules protestataires voulant faire de la casse avant le couronnement pour s'ériger contre le dauphin, flash de mentaux annonçant la catastrophe à venir, émeutes risquant fort d'éclater dans le pays suite à cette annonce...

A venir : Arc 3, la fuite.
« Modifié: 02 novembre 2018 à 19:31:10 par AnyanKat »

Hors ligne Mica

  • Auteur
  • Acolyte
  • *****
  • Messages: 40
    • Voir le profil
Re : Campagne : Petits putsch en famille
« Réponse #3 le: 05 novembre 2018 à 13:55:13 »
Très intéressant, Anyankat ! Il est étonnant que tu aies eu des idées similaires à celles que j'ai imaginées pour un futur épisode, comme le coup d'état et l'utilisation d'armures automatisées. J'aime beaucoup le développement des événements. Pour ce qui est des agitateurs publics et ceux qui auraient des velléités révolutionnaires, l'État utilise d'ordinaire la manière douce pour mettre fin à des complots ou des protestations naissant, à savoir des Mentaux capables de reprogrammer les esprits. Il suffit parfois de modifier les idées ou le comportement d'un meneur pour qu'une révolution soit tuée dans l’œuf. Cependant, ces Mentaux ne sont pas légions, et il suffit que les protestations soient nombreuses pour qu'ils soient dépassés par les événements. La version que tu décris est justement ce qui peut arriver dans le cas où les mouvements protestataires ne sont pas rapidement endigués.

Une question me vient à l'esprit : que fera le dauphin, s'il monte sur le trône, à propos du néo-unisme ? Car le roi actuel est un défenseur de l'unisme de l'anti-pape d'Avignon, et sans son appui, le néo-unisme peut être sévèrement affaibli. Les responsables religieux se précipiteront sûrement sur le prétendant au trône afin de le convaincre de continuer l’œuvre de son père. Dans le cas contraire, ils pourraient soulever le peuple contre lui. Les conséquences de ce putsch sont nombreuses et peuvent mener à la guerre civile  :)

Hors ligne AnyanKat

  • Acolyte
  • *
  • Messages: 31
  • L'ouverture d'esprit n'est pas une fêlure du crâne
    • Voir le profil
Re : Campagne : Petits putsch en famille
« Réponse #4 le: 05 novembre 2018 à 18:18:10 »
Pour ce qui était de la reprogrammation, je jouais justement sur le côté "bordelique" de la succession de pouvoirs qui a un peu tout chamboulé. Ca, plus la capacité de communications du club 33, qui s'est emparé petit à petit d'une partie des médias et des moyens de communication, en soudoyant petit à petit (une fois de plus, cela a pu se révéler parce qu'il était impossible pour la couronne de gérer les problèmes sur tous les fronts).
Et évidemment, les meurtres et disparition ne sont absolument pas du fait de la couronne ! Les responsables cherchent justement à faire accuser cette dernière, pour que l'opinion publique ne soit grinçante vis à vis de ce pauvre successeur qui ne sait pas encore comment bien gérer tout ça...

Pour ce qui est du néo-unisme, le Dauphin entend bien continuer ce qu'avait entrepris son père, ayant été élevé dans cette religion là qui est pour lui la bonne ! En revanche, le prétendant ayant fait un coup d'état, lui, n'hésite pas à jouer de cette corde pour se trouver des alliés au niveau de ceux qui aimeraient renverser les choses et retrouver un Unisme Avignonais, promettant "d'écouter leurs revendications", sans s'avancer trop, bien sûr... Mais c'est plutôt du côté de ceux (suivez mon regard vers une certaine manufacture) qui aimeraient bien que la création de sans-ventre soit de nouveau acceptée en France qu'il cherche des alliés. En bref, il mange un peu à tous les rateliers en attendant le moment ou il aura le postérieur sur le trone (du moins l'espère-t-il).

Mais il est effectivement très possible que cette campagne mène à une guerre civile. Je ne peux pas encore m'avancer, mes joueurs n'en sont pas encore arrivés là.

Merci pour ton retour en tout cas ! :) Ca me fait très plaisir à lire !
Si tu as des questions plus précises sur ce que j'ai en tête (débouchés possible en fonction des actions à venir des joueurs) n'hésite pas à me demander en MP, pour que j'évite que des vilains yeux trop curieux ne viennent voir ici  ;D
« Modifié: 05 novembre 2018 à 20:26:15 par AnyanKat »

Hors ligne Norine

  • Auteur
  • Acolyte
  • *****
  • Messages: 35
    • Voir le profil
Re : Campagne : Petits putsch en famille
« Réponse #5 le: 05 novembre 2018 à 18:57:39 »
Pour ma part j'ai hâte de savoir la suite et je serais curieuse d'en savoir d'avantage sur ce club 33, il m'intrigue. J'aime bien cette idée de rotary complètement barré.

Il faut que je relise ca!

Hors ligne AnyanKat

  • Acolyte
  • *
  • Messages: 31
  • L'ouverture d'esprit n'est pas une fêlure du crâne
    • Voir le profil
Re : Campagne : Petits putsch en famille
« Réponse #6 le: 07 novembre 2018 à 13:46:56 »
Arc 3 : la fuite

Nous sommes le lendemain des événements. Le temps que la situation retombe un peu, que tout se fasse plus clair, que des informations officielles tombent clairement. La journée sera dédiée à la diffusion de ces informations (celles qui veulent bien être données par les instigateurs du coup d'état, bien sûr). L'occasion pour les personnages de se réunir, ou bien de vaquer a des occupations personnelles, jusqu'au soir.

C'est durant la nuit, qu'un nouvel événement marquant se produira. Le domicile de l'un des personnages (le plus proche de la princesse. De mon côté, il s'agissait d'un Mental travaillant pour elle, horloger à ses heures perdues.) sera investi par effraction.
Le temps d'aller voir ce qu'il se passe, une fenêtre sera retrouvée explosée, et quelques affaires renversées. Un jet de fouille réussi permettra de trouver l'un des objets personnels de la princesse Anne-Emilie (bijoux, montre à gousset... L'important est que le personnage puisse reconnaitre qu'il s'agit de quelque chose qu'elle porte souvent sur elle).

Peu de temps après... C'est la police royale qui débarque. Le moment de plier bagage et de filer pour le personnage, ou la suite se fera en cellule de garde à vue !
Les lieux seront entièrement fouillés. Si le personnage a réussi à fuir, il sera désormais recherché.

Ce n'est que plus tard encore, en début de matinée, qu'un autre personnage (lien avec Anne-Emilie obligatoire) recevra une visite étrange. D'une manière ou d'une autre, dans un cadre "habituel" (domicile / lieu de travail), une personne qui cache son visage attirera son attention pour le voir "en privé".

Il s'agit de la princesse elle-même, bien qu'elle soit dans un sale état. Visiblement épuisée, dans une tenue plus que légère mis à part un manteau serré sur elle (volé dans une boutique ailleurs en ville). Elle a passé la nuit en fuite dans Paris. La première visite était une tentative de s'introduire chez un des personnages pour s'y réfugier, mais, voyant que la police l'avait repérée, elle aura fuit aussitôt, laissant juste un indice de son passage.

La princesse Anne-Emilie :
Une jeune adulte, Mentale, deuxième enfant du roi. Elle est fiancée à un prince Prussien, de manière purement politique, bien que les médias aient décriés ça comme le grand amour.

Calculatrice et ambitieuse, très portée sur son image médiatique, elle est très attachée à contrôler les choses autour d'elle, et les capacités qu'elle a développé s'en ressentent :
- Contrôle de l'esprit (rang de maitrise 3)
- Projection kinétique (rang de maitrise 3)
- Lévitation (rang de maîtrise 0)

Ce caractère ne lui retire pas une certaine sympathie, ni un charisme certain. Pour l'heure, elle est surtout apeurée, et affaiblie.


Une fois mise en sécurité et un peu calmée, elle apprendra au(x) personnage(s) présent(s), que celle qui est vue à la télévision, guidée par une oreillette... N'est pas elle, mais une sans-ventre à son effigie, entièrement guidée pour savoir comment se comporter. Elle, de son côté, a été enfermée ailleurs, le temps que les choses se calment.
Le but de la manoeuvre est simple : se servir de son image médiatique pour influencer le pays dans la voie qu'ils veulent. Et, ensuite, tout simplement la marier à son cousin (l'héritier "perdu" à l'origine du coup d'état), afin de réunir les deux lignées en résolvant le conflit.

Elle est parvenue à fuir ses geoliers, et partie à la recherche d'aide. Impossible pour elle d'apparaitre publiquement pour le moment : tant qu'ils ont la sans-ventre sous la main, cela ne ferait que créer confusion, panique, et elle ne sera pas entendue.
Mission sera donc confiée de l'emmener à l'abris. Et pour cela, la meilleure destination est tout simplement en Prusse, là ou se trouve son fiancé.

A partir de là, les décisions des joueurs sur la manière de l'amener là bas influeront sur la suite. Cependant, la princesse porte sur elle un traceur GPS invisible, qui risquera de leur causer pas mal de complications : arrivées de forces spéciales cherchant à les arrêter, jusqu'à ce qu'ils comprennent l'origine du problème et le trouve. S'ils choisissent le train, ces forces débarqueront au prochain arrêt de celui-ci. S'ils y vont en voiture, ils se heurteront à de nombreux barrages ou courses poursuites.
Un test de fouille (difficulté 3) sur quelqu'un qui aurait l'audace de toucher son Altesse Royale, révélera qu'il s'agit d'une petite puce implantée entre deux vertèbres... Un jet de chirurgie sera nécessaire pour l'enlever sans dommages.

S'ils parviennent jusqu'en Prusse, encore faudra-t-il convaincre les autorités locales qu'une bande de fuyards français accompagnés d'une personne se prétendant être la princesse est digne d'être reçue...

Hors ligne AnyanKat

  • Acolyte
  • *
  • Messages: 31
  • L'ouverture d'esprit n'est pas une fêlure du crâne
    • Voir le profil
Re : Campagne : Petits putsch en famille
« Réponse #7 le: 23 novembre 2018 à 10:53:05 »
Sur ce scénario, j'ai parié sur l'idée que la Bastille existait toujours. Sans savoir si c'est le cas ou non... Eh bien si ça n'est pas le cas, ça sera à remplacer par une autre prison (mais ça sonnera vachement moins classe pour le titre de l'arc  ::))

Arc 4 : La prise de la Bastille

Partons du principe que les personnages ont réussi à se faire entendre d'une manière ou d'une autre. Ils ont largué la princesse entre les mains Prussienne pour la mettre à l'abri... Mais elle ne compte pas simplement rester là et attendre que le temps change !

Au lieu de ça, elle vous engage tous, si certains ne travaillaient pas encore pour elle. Vous êtes "officiellement" des agents de la couronne pour l'heure... Du moins, de la couronne qui a quelques difficultés, alors le statut n'aidera pas trop. Mais quand même, ce n'est pas donné à tout le monde !

Retour en France pour la troupe... Avec plus ou moins de difficultés une fois la frontière passée, en fonction de si le groupe est activement recherché, ou est parvenu à se faire discret (vous savez quoi ? Tous mes joueurs du groupe sont recherchés activement, sauf un, qui est infiltré dans le club  ;D)
Tous les membres des forces de l'ordre diverses (police royale, gardes, etc) ne sont pas favorables à la "nouvelle" couronne. Ceux qui étaient trop ouvertement contre ont été écartés, mais certains restent discrets, attendant leur heure. Aussi, si une confrontation commence à virer trop au vinaigre pour les joueurs, il est possible qu'ils se dévoilent, et ne les aident à renverser la situation.

Parlant de ce club, plus la situation avance, plus il tend à se voir tout-puissant. En effet, sur l'échiquier leurs pièces sont en position parfaite, et sur le point de remporter la partie ! Le groupe de joueurs parviendra-t-il à être le cavalier qui renversera la situation ?

Si un joueur est infiltré, il se rendra compte à quel point le pouvoir et l'argent peuvent pervertir l'esprit de ces pêcheurs. Sous couvert de bons unistes, certains n'hésitent pas à parfois organiser des soirées des plus sinistres. Orgies, drogues, viols en réunion sur des serviteurs ou des membres du peuple voire des mineures, tous les vices les plus impies de l'humanité peuvent être satisfaits. Pire encore, si un membre est parvenu à jouer pour rentrer dans un cercle privé : il aura la mauvaise surprise de constater que l'un des clones - le troisième - de la princesse a été créé uniquement pour cet amusement. Une exécution mise en scène pour symboliquement représenter leur victoire n'est pas à exclure...

Si l'un des membres est examiné de plus prêt par un Mental possédant une capacité de manipulation de l'esprit, il pourra peut-être s'apercevoir que beaucoup d'entre eux ont des idées implantées les poussant à ces pulsions malsaines. Quelqu'un tirerait-il les ficelles pour garder ses brebis noires dans le pêché pour s'assurer de pouvoir se débarasser d'eux au besoin si des preuves venaient à sortir ?


S'ils n'ont pas été très discret, d'une manière ou d'une autre, un mystérieux coup de téléphone viendra pour les personnages, d'une personne inconnue, mais qui prétend être un allié dans leur lutte. Une personne tentant de coordonner les différentes forces qui se mettent en place pour lutter contre l'illégitime prétendant, et cherchant à remettre le dauphin sur le trône.
Si un personnage est infiltré, ce qui était le cas pour mes joueurs, l'approche pourra être beaucoup plus brutale. Un enlèvement en bonne et due forme, pour lui faire avouer un maximum de choses à propos du club lui-même et de ce qui s'y trame.
La personne chargée de l'enlèvement, ou du coup de téléphone si celui-ci n'a pas lieu, sera un jeune écuyer d'une vingtaine d'années. Visiblement peu habitué à ce genre de pratique, il sera assez maladroit dans son approche, et laissera quelques occasions involontairement à quelqu'un d'un minimum doué en évasion de se faire la malle ou de renverser la situation à son avantage. Particulièrement si le personnage est une femme - devoir s'en prendre à une femme le mettra particulièrement mal à l'aise - (et si le trait "belle" est présent en plus, c'est encore pire).
Officiellement, sa loyauté va à la famille de Ganay. Mais celles-ci étant alliées du club (cercle extérieur), sa loyauté va en réalité du duc de Bourgogne, qui voit dans tout ça une bonne occasion de se hisser en sauveur de l'histoire, pour s'attirer évidemment quelques avantages pour son duché si la couronne est rétablie. Information qui ne sera révélée que sous une certaine contrainte.

D'une manière ou d'une autre, il finira par rencontrer le groupe. Son objectif : le coordonner avec les autres alliés de la cause. Il possède le contact de personnes loyales chez qui les joueurs pourront se cacher, trouver du matériel. Evidemment, tout cela impliquera implicitement que leurs faits et gestes seront connus de leur mystérieux (ou pas) allié.

Mais surtout, il possède une information importante : un de leur allié principal, qui pourrait faire pencher la balance de son côté, le régent de Paris, est en ce moment en prison, à cause de son allégeance trop évidente au Dauphin. Celui-ci possède de nombreuses informations qui pourraient les aider, et pourrait bien être la pièce manquante pour réellement rentrer dans la résistance active et tenter de renverser ce pouvoir illégitime.
Problème : la prison en question n'est nulle autre que la Bastille... Et l'en faire évader ne sera pas aisé.

Difficile là de dire comment les choses peuvent se dérouler, tant c'est différent en fonction des talents des personnages. De mon côté, nous avons un personnage qui a fait appel à ses contacts dans la pègre (que se passe-t-il quand on combine connaissance du milieu, réseau au rang maximum, mais impopulaire auprès de la pègre ? Des mafias à qui il doit des sommes faramineuses, et qui tenteront de le tuer avant de commencer à négocier bien sûr !). Une ruine plus tard, il était parvenu à s'offrir les services de deux surdoués, cambrioleurs de haut vol, spécialisés dans l'infiltration et les coups d'éclat... Et assez fous pour vouloir s'embarquer dans ce plan là.
A côté nous avions un personnage naturellement discret, et un tatoué avec passager de l'Ombre. Une équipe qui partait avec de bonnes cartes en mains. C'est donc tout naturellement qu'ils ont... Déclenché l'alerte générale dans la prison moins de 30 secondes après leur entrée. Bon.

Certains ont réussi à rester discret, et à s'introduire malgré tout, pendant que les autres... Occupaient les gardiens. D'exploration en recherches, ils parviennent, héroïquement, à trouver qui ils cherchaient. Le régent de Paris... Qui refuse catégoriquement de sortir de là. Non, il est trop vieux pour ces bêtises, lui, hein ! Au moins ici, il est en sécurité le temps que les choses se règlent. Pas le temps de l'interroger sur place, en revanche, son fils, lui, est bien plus motivé si les personnages veulent bien le faire sortir. De toute façon, il sait bien tout ce qu'il faut aussi... N'est ce pas ?

Une fois dehors (comme ils peuvent...), ils apprendront de la bouche du dit fils du régent l'identité de la personne ayant développé le système de sécurité de Versailles, utilisé tous les jours par les employés. Qui se trouve... En Bretagne.
Problème : la Bretagne, depuis le coup d'Etat, s'est déclarée comme absolument contre celui-ci. Une bonne occasion de reprendre son indépendance en vue, son Duc a ouvertement déclaré que les siens prendraient les armes s'il le fallait, pour protéger son duché contre ce faux roi, et que s'il venait à régner, il se refuserait à le reconnaitre. Des alliés potentiels pour les héros, mais les frontières pour rentrer dans le duché sont fermées et gardées, et réussir à passer ne s'annonce pas de tout repos.

La suite au prochain épisode !
« Modifié: 28 novembre 2018 à 13:11:10 par AnyanKat »

Hors ligne Mica

  • Auteur
  • Acolyte
  • *****
  • Messages: 40
    • Voir le profil
Re : Campagne : Petits putsch en famille
« Réponse #8 le: 30 novembre 2018 à 21:52:37 »
Tu manies sacrément bien le complot, Anyankat.
Pour te répondre sur la Bastille, elle est toujours debout. En tout cas, je ne crois pas qu'un des auteurs l'ait bousillée  ;D

Hors ligne Khufu

  • Auteur
  • Héros
  • *****
  • Messages: 156
    • Voir le profil
    • Terre2
Re : Campagne : Petits putsch en famille
« Réponse #9 le: 01 décembre 2018 à 08:58:16 »
Pour citer le grand philosophe Bill Baroud : "La gonzesse est fourbe."

Hors ligne AnyanKat

  • Acolyte
  • *
  • Messages: 31
  • L'ouverture d'esprit n'est pas une fêlure du crâne
    • Voir le profil
Re : Campagne : Petits putsch en famille
« Réponse #10 le: 01 décembre 2018 à 12:44:41 »
Que voilà des compliments forts appréciables  ;D Je vous remercie !